Archive pour janvier, 2015

VIDEOS 6 / Tout savoir sur le travail du biographe…

8 janvier, 2015
">VIDEOS 6 / Tout savoir sur le travail du biographe... dans Vidéos/0.jpg" alt="Image de prévisualisation YouTube" />

VIDEOS 4 / Tout savoir sur le travail du biographe…

8 janvier, 2015
">VIDEOS 4 / Tout savoir sur le travail du biographe... dans Vidéos/0.jpg" alt="Image de prévisualisation YouTube" />

VIDEOS 5 / Tout savoir sur le travail du biographe…

8 janvier, 2015
Pierre Nozières, écrivain biographe par tvreze">http://www.dailymotion.com/video/ Pierre Nozières, écrivain biographe par tvreze

VIDEOS 3/ Tout savoir sur le travail du biographe…

8 janvier, 2015
">VIDEOS 3/ Tout savoir sur le travail du biographe... dans Vidéos/0.jpg" alt="Image de prévisualisation YouTube" />

VIDEOS 2 / Tout savoir sur le travail du biographe…

8 janvier, 2015
">VIDEOS 2 / Tout savoir sur le travail du biographe... dans Vidéos/0.jpg" alt="Image de prévisualisation YouTube" />

Mes biographies éditées à lire à 100%

1 janvier, 2015
 Mes biographies éditées à lire à 100% dans Biographie
Bonjour, 
J’ai le plaisir de vous présenter 3 de mes biographies éditées que vous pourrez si vous le désirez lire ou parcourir en totalité…  

a1d76-hibou-ecrit albums dans Biographie

 

C’est notre vie …

« C’EST NOTRE VIE » … (Edition en N&B / Environ 400 photos)
La guerre civile espagnole de 36 à 39.
Les camps de concentration de 39 à 43
Les groupements de travailleurs étrangers (GTE) de 43 à 44
La fin de la guerre et une nouvelle vie qui commence avec tout à refaire
La vie de chaque jour avec ses joies, ses douleurs, ses luttes, ses épreuves, ses espérances
« C’EST NOTRE VIE » ; c’est l’histoire d’une vie simple, mais heureuse et bien remplie
« C’EST NOTRE VIE » ; le livre qui montre que chaque vie mérite d’être racontée« C’EST NOTRE VIE », l’histoire qui vous fera aimer la vie !

Lecture libre 100% du livre
Cliquez sur le lien

 Candide et le Mormonisme

 
a1d76-hibou-ecrit amour
Le livre CANDIDE et le MORMONISME est l’histoire du cheminement et de la conversion de l’auteur qu’il raconte comme un scénariste projette l’histoire d’un 
personnage en condensant des dizaines d’années en deux heures de film…
 Lecture libre 100% du livre

***
b5ef2-hibou-ecrit ancètres
 

 Candide et son pote G.W Bush

 
Cette biographie écrite à la suite d’un rêve cauchemardesque résultant de faits et de personnages  réels, selon la formule consacrée, est une œuvre de fiction… N’empêche qu’à partir de faits et  personnages  réels, j’ai tout fait pour m’immerger dans le personnage de W. Bush pour qu’il soit plus vrai que nature.
 Ce livre est dédié à toutes les victimes du terrorisme  qu’il soit : Religieux, raciste, politique, financier, étatique,… 
Lecture libre 100% du livre

Mes modèles de couverture

1 janvier, 2015

Mes modèles de couverture dans Biographie 2c22d-paperbackstack

80fe3-paperbackstack_3 albums dans Biographie

e8290-paperbackstack_4 amour

ba7c7-paperbackstack_2 ancètres

1436d-paperbackstack2 annales

2e095-arbre_cestnotrevie_mycover auteur

1ef69-paperbackstack252812529 biographe

Modalités et Tarif

1 janvier, 2015

Modalités et Tarif dans Biographie 88a0d-hibou-ecrit

Modalités et Tarif

7236d-formations_part_tarifs2 albums dans Biographie
0— Normalement, tout commence par un entretien téléphonique pour établir un climat de confiance. Vous m’exposez dans les grandes lignes votre projet de livre. Cet entretien se termine généralement par une prise de rendez-vous.

.
1— Le but de ce premier rendez-vous, sans aucun engagement de votre part, est de voir si le courant passe bien entre nous. Vous me détaillez votre projet de livre. Ensuite, nous nous livrons à une suite de questions/réponses. N’hésitez pas à préparer vos questions et surtout posez toutes celles qui vous passeront par la tête. CETTE PREMIÈRE RENCONTRE DE PRISE DE CONTACT N’EST PAS FACTURÉE.

.
2— Il est difficile, voire impossible, d’établir un devis global précis ou un forfait, car chaque biographie est unique et peut varier de 100 à 200 pages voire plus. Un devis ou un forfait est hasardeux et conduirait à un travail bâclé.
— Une biographie demande en moyenne 10 à 20 séances.
— Une séance se décompose :

— 1 heure du temps d’écoute enregistrée au dictaphone avec la prise de notes et le temps de la validation de la séance précédente.

— 3 heures minimum pour  :
* – La transcription littéraire personnalisée, de mise en forme du document sonore (il faut compter 7 à 14 pages format livre).
* - Eventuellement des communications téléphoniques pour des compléments d’information.
* – La remise par mail du texte de la séance précédente pour corrections. 

— Le tarif d’une séance est de 100 €. Ainsi, chaque séance, après acceptation de la transcription, vous sera facturée 100 € et votre biographie définitive prête à l’impression vous reviendra entre 1000 € à 2000 € avec des photos de votre choix.

— Je peux me charger pour 150 € supplémentaires de la couverture, de l’insertion de photos, de la mise en page, des relations avec l’imprimeur, de la livraison à main propre de votre biographie avec le nombre d’exemplaires demandés. Il faut compter selon le nombre de pages et de photos entre 10 et 20 € et un délai de 10 à 15 jours.

— Si vous avez un imprimeur, je vous fournirais la version numérique de votre livre pour lui permettre de réaliser les opérations décrites au paragraphe précédent.

— Si vous désirez faire éditer votre livre, vous êtes libre de choisir vote éditeur. Etant votre biographe, j’apparaîtrais comme coauteur et serais intéressé à la vente de votre livre.

4 — Il est essentiel de noter que vous réglez au fur et à mesure que votre biographie se construit après validation de chaque séance. Lors de chaque règlement, vous recevrez une facture numérotée avec toutes les mentions légales. Toute nouvelle séance ne pourra s’exécuter que dans la mesure où vous serez satisfait de mon travail et que j’aurais été réglé. À tout moment vous pourrez mettre fin à notre collaboration. Vous ne me devrez rien si ce n’est le travail accompli.

5 — Mes frais de déplacement kilométrique à partir de mon domicile ( Cenon, banlieue de Bordeaux) sont de 0,35 € du kilomètre. Si le déplacement par train est envisagé, le billet est à votre charge ainsi que l’hébergement à l’hôtel. Il est gratuit si c’est vous qui m’hébergez ou si je peux être hébergé dans votre région par des membres de ma famille ou des amis.
Pour éviter les déplacements, nous pouvons réaliser votre biographie dans d’excellentes conditions à distance grâce à SKYPE par exemple ainsi que par tout autre moyen informatique et technique.

6— C’est vous qui déterminez la fréquence des séances : 1  ou 2 par jour ; par semaine ; par quinzaine ; par mois; etc. En déterminant la fréquence des séances, vous étalez également vos dépenses en fonction de votre budget ou de vos disponibilités. Ainsi, la concrétisation de votre biographie peut s’étaler sur quelques semaines ou plusieurs mois.

7— À tout moment vous êtes libre d’arrêter les séances. Vous ne me devrez aucune indemnité ; uniquement le travail accompli.

8— Pour résumer :

f88df-meilleurs-tarifs-garantis-sizel-2140-660-400 amour

— Votre biographie de 10 à 20 séances de 100 à 200 pages ( ou plus) format livre vous reviendra entre 1000 € et 2000 € avec l’insertion des photos de votre choix.

— À cela, il faudra ajouter les frais de déplacement (départ domicile 0,35 €).

— 150 €, si vous me confiez la construction de votre livre jusqu’à la livraison à main propre avec le nombre d’exemplaires désirés.

— Comptez entre 10 à 20 € pour chaque exemplaire de votre biographie.
— À tout moment vous êtes libre d’arrêter les séances. Vous ne me devrez aucune indemnité ; uniquement le travail accompli.

Je suis à votre disposition pour tout renseignement complémentaire. Dans l’attente de vous rencontrer et d’écrire avec vous votre livre de vie.

Cordialement

Victor Ojeda-Mari

 

 » Nous ne traversons pas le temps, nous le transportons en nous «  Marcel Proust

Ma déontologie / Mes garanties

1 janvier, 2015

Ma déontologie /  Mes garanties dans Biographie 88a0d-hibou-ecrit

Ma Déontologie

767ad-deontologie1 albums dans Biographie

1— La qualité du travail : Mes garanties 

45445-antecidederatisationdesinsectisationdesinfectionlyongivorsstetiennevalencegrenoblechamberymaconbourgenbressevillefranchesursaonechartequalite amour

Etant auteur de nombreux livres (voir la page :  » Mes livres édités ») je vous garantis une bibliographie de haute tenue littéraire. Ce qui n’empêchera pas qu’elle s’adaptera et s’identifiera à votre personne comme si c’était vous qui l’aviez écrite. Lorsque je reprends l’écoute de vos enregistrements, je me mets à votre place pour transcrire vos paroles dans la meilleure tournure de phrase et d’expression littéraire.

Lors de chaque séance, je vous remets la transcription de la précédente. Ceci vous permettra de vérifier la qualité du travail, de finaliser personnellement étape après étape et ainsi de suite jusqu’à la fin de votre livre. 

2— L’écoute objective : 

697ed-bfa26d62045a0fd40f8a6972e52a4baa ancètres

Je vous assure d’une écoute attentive basée entièrement sur vos besoins. 

3— La confidentialité : 

ef36f-confidentialitc3a9 annales

Je m’engage à une totale discrétion sur les conversations, les écrits et sur tout ce que vous m’aurez confié.

4— Le respect : 

36f22-respect-md auteur

C’est votre livre. Tout ce que vous aurez décidé sera exécuté. Ma seule intervention se bornera à clarifier, enrichir, suggérer.

5— La liberté de choix  : 

e5862-liberteexpression biographe

Vous déciderez de la fréquence, du lieu, du rythme des séances d’écoute et à tout moment vous pourrez mettre fin à notre collaboration sans me devoir aucune indemnité à part le travail effectué.

6 — La sécurité de paiement : 

ece68-securite Biographie

Je ne vous demanderais aucun paiement à l’avance. Vous réglerez uniquement le travail réalisé jusqu’à la fin de votre livre. Chaque somme versée fera l’objet d’une facture avec toutes les mentions légales.

7— L’accompagnement : 
f2020-bras-ensemble cadeaux

Si vous le désirez, je m’engage à vous livrer à main propre votre livre après la présentation d’un devis avec plusieurs choix de maquettes de couvertures, de papier, du nombre d’exemplaires, etc. 

8— La légalité : 
b57de-deontologie chroniques

Je dispose d’un SIRET et j’exerce dans le respect des lois et des réglementations en vigueur. Je me réserve le droit de refuser tout travail contraire aux bonnes mœurs ou

Articles sur les « nègres littéraires » ou « Écrivains fantômes » (ghost writer)

1 janvier, 2015
Articles   sur les

Plagiats et écrivains fantômes, côté obscur de la littérature

Plagiats dénoncés ou étouffés, recours caché à des "nègres", pillage de travaux d'étudiants : les soupçons qui pèsent sur PPDA et sa biographie d'Hemingway rappellent que le monde de l'édition peut renfermer de vilains tricheurs, en particulier pour l'écriture de biographies.

Plagiats dénoncés ou étouffés, recours caché à des « nègres », pillage de travaux d’étudiants : les soupçons qui pèsent sur PPDA et sa biographie d’Hemingway rappellent que le monde de l’édition peut renfermer de vilains tricheurs, en particulier pour l’écriture de biographies.
Des éditeurs font même désormais signer une clause selon laquelle l’auteur « s’engage à livrer un manuscrit sans contrefaçon ». Et des sites, comme Duplicate-Leaks.com ou leplagiat.net, font la chasse aux plagiaires.
Assez peu de procès en revanche, mais de discrets arrangements financiers entre éditeurs qui veulent éviter de coûteuses procédures et une mauvaise publicité.
Les affaires débouchent parfois sur un match d’écrivains, comme entre Marie Darrieussecq, Marie N’Diaye et Camille Laurens qui s’accusaient mutuellement de plagiat.
Les plagiats, « il y en a toujours eu, mais cela est encore facilité par internet », souligne à l’AFP Françoise Chandernagor, auteur de romans historiques à succès, et membre de l’Académie Goncourt. « Moi, j’écris mes livres, sans nègre et sans pillage. Cela prend du temps. Je n’ai pas non plus fait le nègre », sourit-elle. Au contraire des ses confrères du Goncourt, Patrick Rambaud ou Eric Orsenna, qui ont reconnu avoir joué les « écrivains fantômes » pour d’autres.
« Quand un auteur de biographies est trop prolixe, on peut soupçonner qu’un nègre se tapit dans l’ombre », poursuit la romancière.
« Il y a aussi les livres publiés par de grands universitaires qui pompent sans vergogne et sans vérification les recherches de leurs étudiants, qui peuvent eux-mêmes avoir pillé d’autres auteurs », relève-t-elle.
Après l’université, l’Eglise. Convaincu de plagiat en 1998, Monseigneur Jacques Gaillot avait affirmé avoir été « piégé » par son « documentaliste ».
« Le métier de nègre consiste à donner des idées aux cons et à fournir un style aux impuissants », assénait Bruno Tessarech dans « La Machine à écrire », satire au vitriol des moeurs littéraires.
Moins sévère, Virginie Michelet, écrivain fantôme d’une quinzaine d’ouvrages, estime que son travail « est un échange ».
« Il y a des gens qui ont des idées, mais pas le temps d’écrire, on met alors de la chair autour d’un squelette. D’autres n’ont pas la moindre idée… », reconnaît-elle.
Si le nègre emprunte la structure d’un autre livre, recopie des pans d’oeuvres antérieures, « c’est une faute professionnelle », dit-elle, ajoutant que 90% des livres auxquels elle a collaboré mentionnent son nom.
« Hugues Aufray a même tenu à me faire expliquer au début du livre comment nous nous étions RENCONTRÉSarrow-10x10 albums dans Auteurs« , raconte-t-elle.
De plus en plus de nègres sortent d’ailleurs de l’ombre comme Loup Durand, coauteur de plusieurs livres de Paul-Loup Sulitzer, ou Bruno Telienne, frère de Karl Zéro, qui a rédigé des ouvrages d’hommes politiques. Zidane, lui, avait cosigné son autobiographie avec Dan Franck.
Jacques Chirac avait aussi fait figurer le nom de Jean-Luc Barré, coauteur du tome I de ses Mémoires.
En revanche, Winston Churchill, dont les Mémoires ont été écrits par des historiens, n’a jamais brisé le tabou, même en recevant le Nobel de littérature en 1953.
Alexandre Dumas n’a jamais reconnu le rôle d’écrivain-fantôme d’Auguste Maquet, auquel le cinéaste Safy Nebbou a rendu justice dans « L’Autre Dumas ».
Les impostures sont aussi vieilles que la littérature. Chateaubriand, assure Michel de Jaeghere, avait ainsi truffé son récit de voyage « de Paris à Jérusalem » d’affabulations et de grossiers plagiats.
Plus récemment Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010, a été accusé de plagiat pour avoir puisé dans des notices de Wikipédia ou de guides.

http://www.lepoint.fr/culture/plagiats-et-ecrivains-fantomes-cote-obscur-de-la-litterature-07-01-2011-128084_3.php

Affiche du film  L'écrivain fantôme

 amour

Ecrivain fantôme, deuxième plume… En finir avec le « nègre »

auguste-maquet ancètres

http://blogs.rue89.nouvelobs.com/tribulations-petit-editeur/2010/11/25/ecrivain-fantome-deuxieme-plume-en-finir-avec-le-negre-177440
C’est le plus célèbre de tous les nègres littéraires, Auguste Maquet, ici en médaillon sur sa sépulture au Père-Lachaise.
La plupart des dictionnaires et encyclopédies s’accordent à le définir comme le principal collaborateur d’Alexandre Dumas. « Les Trois mousquetaires », « Le Comte de Monte-Cristo », « Le Vicomte de Bragelonne »… sont nés de leur collaboration.
Associé, collaborateur, partenaire… les substantifs ne manquent pas pour qualifier Auguste Maquet, et pourtant à la lettre N de ces mêmes dictionnaires et encyclopédies, on trouve la définition du mot« nègre » :
« Auteur anonyme d’un texte signé par une autre personne, souvent célèbre. »

Dan Franck, nègre de Zinedine Zidane

L’emploi du mot « nègre », dans cette acception, date du milieu du XVIIIe siècle, en référence à l’exploitation des populations noires d’Afrique.
Certains estiment qu’il est plus politiquement correct d’utiliser le mot « nègre » avec des guillemets ou de le remplacer par la locution « nègre littéraire »
On voit aujourd’hui que le mot « nègre » dérange par sa connotation raciste. Il dérange, mais n’est pas banni du langage quotidien et, à la terrasse du Flore ou des Deux magots, on entend régulièrement parler de Patrick Rambaud ou d’Erik Orsenna comme étant les « nègres de … » .
Même Zizou a son nègre en la personne de Dan franck, qui a à son actif une soixantaine de livres signés par d’autres personnes.

« Donner des idées aux cons »

Qu’il est vilain ce mot sous la plume des écrivains, ou des journalistes.
Bien sûr, il est en relation avec la situation sociale des esclaves noirs déportés dans le monde occidental à partir du XVIe siècle. Par extension le mot « nègre » désigne un homme que l’on fait travailler très durement et sans respect.
C’est de cette fonction servile dans laquelle l’exploité n’a droit à aucune reconnaissance que viendra par analogie, au XVIIIe siècle, le sens d’auxiliaire qui effectue le travail d’un commanditaire -qui s’en attribue le profit.
Pourtant, le mot « nègre », avec ce sens figuré, n’apparaît pas dans le Dictionnaire universel de Pierre Boiste (1812), ni dans le Littré de 1872, ni dans le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle. Le Dictionnaire de l’Académie en 1932 se limite à un sens restrictif avec la définition suivante :
« Il se dit, en langage d’atelier, d’un auxiliaire qu’on emploie pour préparer un travail, pour en exécuter la partie en quelque sorte mécanique. »
Alors pourquoi cette persistance ? Pourquoi ne pas tout simplement le supprimer de notre langage courant ?
Bruno Tessarech, écrivain et essayiste, fustige pourtant cette associationde fait :
« Le métier de nègre consiste à donner des idées aux cons etun style aux impuissants. »
Ça devrait en faire réfléchir plus d’un.

Interdire le nègre littéraire de dictionnaire

Il y a quelques années, une association s’est attaquée à la « tête de nègre » de nos pâtisseries, résultat on trouve maintenant des « têtes de choco » ou, plus classieux, « des meuuuuhringues au chocolaaaat ». Idem pour le « Congolais » qu’on appelle dorénavant un « rocher à la noix de coco ».
Les Anglais ont trouvé le mot juste avec « ghost writer », traduisez par écrivain fantôme. Notez au passage que l’excellent thriller de Roman Polanski, « The Ghost writer » n’a pas été à l’affiche sous un autre titre. C’est qu’on a jugé bon de ne pas le traduire dans sa signification française. Même au Québec, on n’a pas utilisé le mot « nègre ». Ils l’ont tout simplement traduit par « l’écrivain fantôme ».
Qu’attendons-nous ? De plus, « ghost writer », ça sonne bien, c’est « stylé grave », non ? Pas assez français pour notre Académie d’académiciens ? Que pensez-vous alors de « deuxième plume » ? C’est pas mal, non ? Imaginez :
« Bonjour monsieur, que faites-vous dans la vie ?- Je suis deuxième plume aux éditions Gallimard.- Ah oui ? Et cela consiste en quoi ?- Bah, Jean-Paul Guerlain signe la couverture de sa biographie et moi j’en signe tous les feuillets.- Aaaah oui, vous êtes nègre en quelque sorte ?

- Aaaah non, deuxième plume ! J’insiste. Le “nègre” c’est lui ! 

Les vilains mots ont la vie dure.

 annales

Les écrivains fantômes dans la lumière

L’affaire PPDA (il aurait, entre autres, recopié plus de 100 pages de la biographie d’Ernest Hemingway écrite par Peter Griffin pour sa biographie) remet sur le tapis une polémique presque aussi vieille que la littérature : celle du recours aux écrivains fantômes. De Dumas à PPDA, y a-t-il eu du progrès?
En plus des accusations de plagiat, Patrick Poivre d’Arvor a été soupçonné à plusieurs reprises d’avoir recours à un écrivain fantôme, ce qu’il a toujours nié. Sujet sensible dans le monde de l’édition, il ne date pourtant pas d’hier.
Ainsi on ne saura jamais vraiment si l’écrivain Auguste Maquet était un « collaborateur » d’Alexandre Dumas, à l’origine de quelques simples retouches sur ses œuvres, ou bien son écrivain fantôme, comme cela a été avancé.
« On met de la chair autour d’un squelette »
Aujourd’hui, des écrivains fantômes tendent à sortir de l’ombre : Virginie Michelet est la « co-auteur » d’une quinzaine d’ouvrages, elle raconte son métier : « Il y a des gens qui ont des idées, mais pas le temps d’écrire, on met alors de la chair autour d’un squelette. D’autres n’ont pas la moindre idée… »
Elle affirme que 90% des ouvrages auxquels elle a contribué mentionnaient son nom. « Hugues Aufray a même tenu à me faire expliquer au début du livre comment nous nous étions rencontrés », ajoute-t-elle.
Concernant le plagiat elle déclare : « Si le nègre emprunte la structure d’un autre livre, recopie des pans d’oeuvres antérieures, « c’est une faute professionnelle »
Vers la fin du tabou ?
Les auteurs Patrick Rambaud et Eric Orsenna n’hésitent plus à reconnaître qu’ils ont eux-mêmes été écrivains fantômes. Et des personnalités à reconnaître qu’ils ont été aidés dans leur écriture. Jacques Chirac avait ainsi fait figurer le nom du co-auteur du tome 1 de ses Mémoires et le footballeur Zinedine Zidane co-signé son autobiographie.
Le métier tendrait-il à se décomplexer ?
Les écrivains fantômes restent très nombreux et on ne compte plus les personnalités qui font la promotion de « leur » livre sur les plateaux de télévision sans en avoir écrit une ligne.
Outre l’exemple de PPDA, on retiendra celui de Winston Churchill qui reçut en 1953 le prix Nobel de littérature pour ses Mémoires…en partie écrites par des historiens.
(D’après l’AFP)

 

 auteur

Les écrivains fantômes sortent de l’ombre 

La rédaction anonyme, un secteur lucratif.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/07/21/04016-20110721ARTFIG00655-les-ecrivains-fantomes-sortent-de-l-ombre.php
Pour une grande partie, «les nègres littéraires» ne sont plus des anonymes. Cependant, près d’un tiers des livres publiés actuellement auraient une «paternité peu claire».
En 2001, Loana, la gagnante de la toute première émission de télé-réalité, Loft Story, sort un livre «Elle m’appellait… Miette», qui se vend à 120.000 exemplaires. Sur la couverture un nom d’un certain Jean-François Kervéan apparaît. «J’ai redigé, et elle a validé. A l’époque, l’usage était que le nom des «nègres» n’apparaisse pas. Mais comme tout Saint-Tropez m’a vu trottiner derrière ses platform boots (chaussures à semelles compensées, NDLR), il a été décidé que mon nom figurerait comme coauteur à l’intérieur du livre. Et j’ai touché 100.000 francs», raconte-t-il au magazine l’Express.
Depuis, les règles de l’édition ont changé, et le terme de «nègre littéraire» n’est plus d’actualité. On les appelle désormais les «collaborateurs». Les éditeurs ont pris l’habitude de mentionner leur nom en quatrième de couverture, ou au-dessous du grand-titre intérieur. Ces écrivains se spécialisent surtout dans le genre autobiographique, et travaillent à partir de documents.
C’est grâce à Bernard Fixot, le PDG des éditions XO, que cette révolution dans le monde d’édition a pu avoir lieu. Ayant appris que Paul-Loup Sulitzer faisait appel à un «collaborateur», pour écrire ses livres, Bernard Fixot a pris la décision de mentionner son nom de celui-ci dans le livre. C’est ainsi que le nom de Loup Durand est apparu sur la couverture aux côtés de celui de Sulitzer. Et cette révélation n’a pas empêché le tandem à continuer de sortir encore quelques best-sellers.

Entre 5000 et 15.000 euros pour un débutant

Ayant découvert que la publication du nom du collaborateur n’a pas d’incidence sur les ventes, les éditeurs ont à peu près tous accepté cette nouvelle règle du jeu. Désormais, le travail d’un collaborateur est délimité par un contrat, passé avec la maison d’édition. Il fixe notamment les honoraires versés, réglemente le temps de travail et le nombre de pages rédigées. Selon plusieurs sources de l’édition, pour un «collaborateur» débutant, ces honoraires varieraient entre 5000 et 15.000 euros à titre de forfait. Quant aux écrivains plus expérimentés, ils toucheraient un pourcentage sur les ventes en plus de la somme fixe. Les droits d’auteur s’échelonnant entre 8% et 15% par livre vendu, 30% à 50% leur reviendrait, le tout dépendant de la notoriété du personnage principal du livre.
Toutefois, la rémunération varie en fonction du travail fourni. Parfois, le collaborateur ne fait que corriger le style et relire le manuscrit, redigé par la «vedette» avant sa publication. Dans d’autres cas, c’est lui, qui est en charge du travail d’investigation et de la rédaction du livre au nom du personnage principal. «Pour être nègre, il faut être graphomane, il ne faut pas avoir peur d’écrire beaucoup, au risque de ne pas être publié», affirme Mohammed Aissaoui, journaliste littéraire duFigaro. Car avant la publication, la «star» et et le collaborateur font la relecture ensemble. Et de nombreux passages peuvent être supprimés ou modifiés.
La rencontre entre la «star» et le collaborateur ne dure pas plus d’une trentaine d’heures en tout. Le personnage se confesse, le collaborateur prend des notes et essaie de d’adapter son style d’écriture à sa manière de parler et de refléchir. «Le courant passe ou non. C’est un peu comme un coup de foudre qu’il faut avoir. Un exercice qui consiste à être le miroir de l’autre», raconte Catherine Siguret, une «collaboratrice», qui a écrit des livres pour Claudia Schiffer, Gérard Louvin, ou encore Julien Courbet. Pour elle, le travail du collaborateur, c’est le contraire d’une enquête journalistique. Il ne faut pas être objectif, mais tenter de se superposer au personnage principal du roman.

Y a-t-il encore de la «nègritude» dans l’édition ?

Un romancier un peu trop productif? Il est probable que les livres publiés sous son nom soient écrits par des vrais «nègres». Même si de nombreux secrets de cette profession ont été révélés récemment, on est encore loin de tout savoir. Car les vielles pratiques subsisteraient encore aujourd’hui. Selon Armelle Brusq, réalisatrice du documentaire «Les nègres, l’écriture en douce», près d’un tiers des éditions en France seraient faites de livres «à la paternité peu claire». Des estimations, qui ne peuvent être ni confirmées, ni démenties, car aucun écrivain, ne dira au lecteur qu’il engage un nègre pour écrire des livres à sa place. Anne-Sophie Demonchy, journaliste auMagazine des livres, a effectué plusieurs enquêtes sur ces écrivains de l’ombre en France. «Pour un éditeur, l’auteur doit être sympathique, et avoir une belle histoire à raconter. Dire au lecteur que le livre a été écrit par un «nègre» n’est pas dans les intérêts de la maison d’édition», précise-t-elle.
Les spécialistes du secteur le reconnaissent: certains ouvrages seraient une véritable stratégie marketing des maisons d’édition. Ils pourraient même être le fruit de travail d’une équipe entière. L’auteur a une idée. Cette idée est développée en synopsis par les employés de la maison d’édition. Et ensuite, ce schéma est envoyé à un ghostwriter pour rédaction. «En général, on ne cite pas le nom des auteurs, ce sujet est tabou», constate Anne-Sophie Demonchy. «Étonnant, car au cinéma, ou dans la musique, le produit est le travail d’une équipe et cela ne choque pas le consommateur».
Ces écrivains de l’ombre, dont le nom n’est pas cité, sont liés par un contrat avec la maison d’édition, qui les empêche de parler du projet, sur lequel ils travaillent. Selon les données du Syndicat national de l’édition, en 2010, le chiffre d’affaires du secteur représentait 2,8 milliards d’euros avec près de 452 millions de livres vendus. On peut imaginer à quel point le business de la rédaction anonyme est lucratif.

Un phénomène qui se diversifie

Employer un nègre pour écrire un livre, c’est une chose. Faire appel à un «nègre» pour écrire un mémoire de fin d’études en est une autre. Grâce à Internet, on peut trouver aujourd’hui des personnes proposant ce genre de services. Un article d’un «ghostwriter de fac» américain, paru récemment dans The Chronicle of Higher Education, la revue américaine sur l’enseignement supérieur, met en évidence des dysfonctionnements dans le domaine de l’éducation outre-Atlantique, ce qui permet aux étudiants des universités de frauder. Employé par une entreprise, spécialisée dans le rewriting, l’auteur, surnommé Ed Dante, s’adresse, exaspéré, directement aux enseignants : «Je suis fatigué de vous aider à faire que vos étudiants aient l’air compétents». Parmi ces «clients», il dissocie trois catégories d’étudiants : ceux, dont l’anglais n’est pas la langue maternelle, ceux qui sont très mauvais en rédaction, et ceux, qui sont «riches et paresseux». Travaillant depuis 2004, l’auteur affirme de gagner près de 66.000 dollars par an. biographe

Deux auteurs de talent : Drucker et Poivre d’Arvor

http://www.lalettrine.com/article-deux-auteurs-de-talent-drucker-et-poivre-d-arvor-65198415.html

0584ce565c824b7b7f50282d9a19945b-2 Biographiedrucker-tenue-de-soiree cadeaux

Nous avions bien ri, l’an passé des mésaventures de Calixte Beyala qui avait été déboutée de sa plainte contre Michel Drucker. L’animateur télé lui avait promis, sans faire un contrat écrit, la somme de 200 000 euros (vous ne rêvez pas…) pour écrire les réponses que seraient censées faire Drucker à Régis Debray dans un livre d’entretien qui aurait dû paraître chez Albin Michel. Et puis, la situation entre eux tournant au vinaigre, le livre ne devant plus se publier, Drucker a décidé de ne rien donné au ghostwriter.
La situation était piquante : aucune morale dans cette affaire. Un people confie à sa maîtresse un livre à écrire pour une somme exubérante, somme qu’il se gardera bien de donner. Elle, pour se venger d’une relation amoureuse ratée n’hésitera pas à confier leur histoire dans L’Homme qui m’offrait le ciel… 
Nous croyions que l’affaire s’arrêterait à ce procès désastreux où Calixte Beyala a été condamnée à verser un euro pour procédure abusive. Mais, celle-ci a finalement obtenu gain de cause. La cour d’appel luia donné raison : celle-ci a bien « œuvré à la composition du manuscrit », en précisant que, si elle n’a pas signé de contrat écrit, c’est parce qu’elle se trouvait « dans l’impossibilité morale » de le faire ayant une « relation intime établie depuis plus de deux années » avec Drucker.
Hélas, ce n’est pas 200 000 euros que l’auteur a obtenu mais… 40 000… Je sais, je sais… la plupart des auteurs aimeraient toucher une telle somme pour rédiger une douzaine de réponses. Mais je me permettrais de rappeler à ces gourmands quepour gagner un tel pactole il faut accepter d’être le nègre d’un people… Sinon, au mieux pour un à-valoir dans une maison d’édition prestigieuse, si l’on n’est personne, c’est-à-dire un auteur de talent sans renom, on peut espérer au mieux 3 000 euros. Et estimez-vous heureux qu’on ne vous réclame pas d’argent pour publier votre livre invendable !
Eh oui… c’est bien cela le fond du problème de ces nègres et de ces plagiats… Au moment où l’affairePPDA défraie la chronique, on se rend compte que l’édition ne vit que de coups et de tricheries. Le boulot d’éditeur cherchant à faire découvrir des textes de qualité ou celui d’auteurs désireux d’atteindre une perfection littéraire ou intellectuelle ne rapportent pas un radis. Combien croyez-vous que Peter Griffin, auteur aujourd’hui décédé et biographe d’Ernest Hemingway a touché d’à-valoir ? Parce que Patrick Poivre d’Arvor, lui a certainement dû empocher une somme pharaonique pour ce livre plagié et écrit très certainement par un autre – Bernard Marck.
Mais ils sont très forts ces auteurs qui n’écrivent pas leur livre et espèrent s’en tirer à bon compte. Drucker a déclaré dans France soir : « Mme Beyala a obtenu à peu près la somme que nous proposions au départ. Tout ça pour ça ! Elle a demandé plus de 200.000 € alors que, je tiens à le préciser, il s’agit de la réécriture de 60 pages, au sein d’un livre qui n’a jamais vu le jour ». On se demande pourquoi il n’a pas écrit ces 60 pages lui-même… Quant à PPDA qui n’a pas eu l’honnêteté intellectuelle d’avouer son plagiat, il s’est empressé de mettre en cause son éditrice puis a demandé à son nègre d’intervenir dans Le Parisienpour expliquer ses pratiques douteuses consistant à recopier les textes des uns et des autres sans penser toujours à mettre des guillemets. Il est fort ce Patrick : il a raison, on ne peut pas l’accuser de quelque chose qu’il n’a pas fait. Parce que pour plagier un livre encore faut-il l’avoir écrit !
Oui, ces deux hommes, Drucker et PPDA ont du talent : quoi qu’ils disent, quoi qu’ils fassent, ils auront toujours le public avec eux et surtout le réseau. Nombreux sont ceux qui seront toujours prêts à les défendre, endosser leurs erreurs, travailler corps et âme pour eux… 
 chroniques
http://www.lalettrine.com/categorie-11645560.html

Comment devenir nègre littéraire ?

 

Il semblerait que le métier de nègre littéraire soit devenu une sorte d’eldorado… En quelques jours, voici que l’on m’a demandé, par deux fois, comment devenir nègre littéraire, comme si c’était La solution pour gagner sa vie en écrivant…
Il se trouve que j’ai fait la connaissance d’un certain nombre de nègres littéraires, des professionnels qui consacrent leur existence à écrire pour les autres, des nègres occasionnels, des auteurs satisfaits de leur expérience, d’autres extrêmement déçus…
Mais tous ont un point commun : ils sont devenus nègres parce qu’ils étaient déjà introduits dans le milieu de l’édition. Une étudiante en lettres m’a envoyé un mail pour m’expliquer qu’elle avait envie d’être nègre et pour y parvenir, avait adressé des CV aux différentes maisons d’édition qui, évidemment, ne lui ont pas répondu. Et pour cause… Comment peut-on confier l’écriture d’un bouquin à quelqu’un qui n’a jamais rien publié ? Comment savoir s’il est capable de mener un projet à terme, de façon rapide et efficace ?
Pour devenir nègre, il faut donc être auteur soi-même, avoir été publié ou sur le point de l’être. Ainsi, il y a quelques années, un auteur novice, ayant envoyé son manuscrit dans une grande maison, s’est vu proposer un contrat des plus particuliers : en échange d’un beau chèque, il acceptait de céder son texte exploité sous le nom d’une célèbre présentatrice télé.
Certains, comme Bernard Fillaire, ont voulu se consacrer quasi uniquement à cette activité, d’autres ne le font que de façon exceptionnelle. Certains n’assument pas de l’avoir été. A l’époque, j’avais interviewé deux auteurs, reconnus, qui avaient à un moment donné de leur vie, accepté d’écrire des témoignages et des romans pour des célébrités, mais aujourd’hui, ceux-ci ne souhaitent plus revenir sur ces expériences et préfèrent tirer un trait sur leur passé.
Comme la plupart des nègres l’affirment, il est parfois très frustrant d’écrire pour un autre qui, une fois le livre achevé, se l’approprie complètement, faisant fi de sa collaboration…
Enfin, de grandes maisons emploient, à plein temps, des nègres et autres rewriters chargés, à partir d’un synopsis de départ, d’écrire des romans, signés par des vedettes.
Donc, il est inutile d’envoyer des CV et lettres de motivation aux différentes maisons de la place de Paris : pour devenir nègre, commencez par écrire et vous faire remarquer… 


 document

Ecrivains fantômes, fantômes d’écrivains. La part cachée de l’héritage littéraire

 écrits

jeudi 19 septembre 2013, par Paul-André Claudel
Réflexion sur la notion de « mineur », et sur certains parcours d’écrivains qui se situent dans un double état d’exclusion : hors de l’histoire littéraire conçue comme succession de prises de position esthétiques et hors de l’histoire littéraire comme production d’un discours sur cette succession.
Article publié in C. Zekri, B. Rodriguez (éd.), La notion de « mineur » entre littérature, arts et politique (actes du colloque organisé par l’Institut IMAGER de l’Université Paris-est Créteil du 4 au 6 novembre 2010), Paris, Michel Houdiard, 2013, p. 43-54.

 écrivainAffiche du film  L'écrivain fantôme

CLIQUEZ

12